2021, tout pour Lui, rien sans Lui !

Je ne sais si vous êtes comme moi, mais je peux demeurer longtemps comme scotchée, sidérée, devant cette image. Nous comprenons que quelqu’un était allongé ici, un mort, un cadavre et qu’Il a disparu, il ne reste que la trace qui nous interroge : où est-Il ? ». « Il n’est point ici ; Il est ressuscité, comme Il l’avait dit » (Math 26,8). La nouvelle est si puissante qu’elle emporte en un instant tous les tourments de l’ordinaire. Nous dépensons tellement de temps à Le chercher où Il n’est pas. Cela est bien légitime car le désir le plus profond de nos âmes est de voir Dieu, donc, nous Le cherchons. Nous désirons tant Le voir que nous sommes capables de nous dessiner des images de Dieu et de les adorer, mais Dieu n’y est pas.  Nous comprenons alors les dévotions païennes et leurs idoles de bois ou autres, qui manifestent juste le désir de voir Dieu, un désir détourné, dévoyé. Bonne nouvelle, Dieu s’est montré à Noël, Dieu s’est fait voir et les Bergers, pauvres du pays ne s’y sont pas trompés. Faut-il que nos âmes deviennent un désert pour qu’enfin nous Le laissions tout investir en nous et Le rencontrer au buisson ardent de notre baptême ? Que nous faut-il de plus pour nous lever enthousiastes et heureuses ?

Pour entrer en cette nouvelle année 2021, posons-nous sincèrement cette question : Que cherchons-nous vraiment ? La résolution de nos soucis ? Une condition matérielle meilleure ? Ne plus être seules ? Un changement chez untel ou untel ? Guérir d’une maladie ? … Si tout cela est bien désirable et normal, rappelons-nous que Jésus a tout traversé POUR NOUS, toutes les difficultés de notre humanité (excepté le péché), comme une mère Il nous a couvert dans le feu, comme un père, Il nous a porté dans le sang.  Pourrions-nous demander en cette nouvelle année, à notre tour, de tout traverser POUR LUI, quoiqu’il arrive ? Demandons cette évangélisation intégrale de nos vies pour devenir buisson ardent en ce monde, non plus des femmes affamées mais enflammées.

« N’interroge pas ce que tu souffres, toi, mais ce qu’il a souffert, lui. À ce qu’il est devenu pour toi, reconnais ta valeur à ses yeux, afin que sa bonté t’apparaisse à partir de son humanité ». Saint Bernard

« Le jeune homme lui dit : « Tout cela, je l’ai observé (les commandements) : que me manque-t-il encore ? » Jésus lui répondit : « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis viens, suis-moi. À ces mots, le jeune homme s’en alla tout triste, car il avait de grands biens ».

Il a osé poser la question ! : « Que me manque-t-il encore ? » Aurons-nous l’audace amoureuse de faire de même ? Deux chemins devant nous : la tristesse de nos attachements (nos attentes, nos exigences, nos impuissances à changer les choses…) ou la joie de Le suivre. Mais la bonne nouvelle de cette histoire c’est que marchant avec Lui, nos yeux s’ouvrent, des solutions inattendues surgissent dans nos vies, des pans entiers d’illusions, de mensonges tombent comme des écailles de nos yeux. Mais il nous faut faire ce chemin de nous à Lui, mourir tant que nous sommes vivantes si je puis m’exprimer ainsi. Alors toutes nos attentes, nos soucis, nos déboires, nos illusions diront : « Mais où est-elle ? Nous ne voyons qu’un  drap posé sur une pierre » et l’Esprit répondra : « Ne la cherchez pas ici, elle n’y est pas, elle est avec l’Époux » Mes sœurs, que cette nouvelle année 2021 soit couverte de la bannière de son Amour ! Souviens-toi, que tu n’es jamais seule, Il est avec toi dans le Feu ! Toute l’équipe de Mission Femme lève-toi vous souhaite une année détournée de tout ce qui n’est pas Lui, et la joie imprenable de Le suivre, traversant tout Pour Lui et rien sans Lui !