3 jours avec Rachab, de la prostitution à l’élection !

Introduction

Jour 1 : Le baptême du choix

Jour 2 : Se tenir sur la brèche !

Jour 3 : L’amour prend des risques

INTRODUCTION

Dans la généalogie de Jésus en Mathieu, nous trouvons une femme peu ordinaire pour figurer comme aïeule du Messie : Rachab, (Josué 2) une prostituée ! Cela vous rappelle immédiatement une autre femme de petite vie, qui elle, s’est jetée au pied de Jésus et l’a beaucoup aimé. Elle n’est pas juive, mais cananéenne, habitante de Jéricho.

Cette ville, dernier bastion pour entrer en terre promise lors de l’exode du peuple juif, est aussi une ville aux murs de 7 m d’épaisseur, une véritable forteresse. Forteresse est aussi la traduction de « Magdala » lorsque nous évoquons la ville de Marie Madeleine. En campement non loin de la ville, Josué envoie deux espions faire du repérage à Jéricho. Ces derniers furent accueillis et cachés par Rachab, elle semble avoir l’intuition des projets de Dieu : « « Je sais que le Seigneur vous a donné ce pays, » (Jos 2,5).

Dénoncée par des habitants, les soldats se présentent chez elle, elle ne nie pas alors les avoir cachés mais les assure qu’ils ont fuit. Rachab est une fine stratège. Sa récompense est immense d’avoir collaboré aux plans de Dieu, elle et sa famille seront préservés lors de la prise de Jéricho ! Le nouveau testament fait son éloge :

«Grâce à la foi, Rachab la prostituée ne périt pas avec ceux qui avaient résisté, car elle avait accueilli pacifiquement les hommes envoyés en reconnaissance.» (Heb 11,31) 

« Rachab la prostituée n’a-t-elle pas, de la même manière, été considérée comme juste sur la base de ses actes, lorsqu’elle a accueilli les messagers et les a fait partir par un autre chemin ? Jac 2,25


Retenons, elle est juste, elle a la foi et a protégé les hommes de Dieu. Avant de quitter la maison de Rachab, les deux espions lui demandent d’attacher un cordon de fil écarlate à la fenêtre par laquelle elle les a fait descendre. Ainsi ils pourraient épargner sa demeure. C’est ainsi que la  maison de Rachab (en hébreux : large, spacieux) fut sauvée au milieu du désastre de Jéricho, par sa foi, et les murailles de Jéricho par la foi de Josué . (Josué 6,2-5).

Rachab, n’a? à première vue rien de recommandable, et pourtant elle sera le choix de Dieu :

  • Elle une femme célibataire dans un monde d’homme.
  • Elle se prostitue.
  • Elle est une Cananéenne, un peuple que les conquérants hébreux veulent éliminer.
  • Elle habite au bord de la société dans une maison intégrée au mur extérieur de la ville.

Jour 1 : Le baptême du choix

 « Je sais que le Seigneur vous a donné le pays… » (Jos 2,9) Elle va même jusqu’à affirmer que Le seigneur des israélites est Dieu au ciel et sur la terre. Une affirmation faite dans la Bible par elle, Moïse (Dt 4,39) et Salomon (1 R 8,23) seulement. On peut imaginer que Rachab malgré sa condition, savait qu’elle perdrait, dans son choix, quelques une de ses connaissances, des amis, et pourtant elle professe le Seigneur d’Israël. Certainement Dieu avait il éclairé son intelligence et pourvu à sa force pour passer à l’acte. Le Seigneur passe par qui Il veut quand Il le veut ! Cela nous guérit de bien des  à priori sur ses choix.

Rachab s’est trouvée devant un baptême du choix : écouter son intuition ou préférer la gloire passagère et les honneurs de celle qui aurait livré les espions. Nous aussi, nous connaissons en tant que chrétienne, qui est Dieu, mais comme Rachab nous habitons au milieu d’un monde qui lutte bien souvent contre Dieu. Il y a parfois dans nos vies des formes de prostitutions plus subtiles. Par exemple, nous voici au milieu d’une conversation sur l’avortement, et nous nous trouvons bancales, car pour sur, nous risquons de perdre notre notoriété, des amis, mais nous pouvons aussi, par notre choix, collaborer pour  défendre les plan de Dieu. L’amour prend des risques et nos choix impliquent toujours une petite mort à quelque chose, quelqu’un…Rachab a choisi son camp et elle n’a pas été déçue !

Imaginez les murailles de Jéricho à terre avec leur maisons écroulées sauf une, celle de Rachab !!! La maison de Rachab au milieu des décombres ressemble à une maison bâtit sur le Roc de sa foi. Croire ne suffit pas, nous avons aussi à faire des choix actés pour Dieu, et notre petite maison ne s’effondrera pas

Math 7 21 « Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! N’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.

-Je peux faire mémoire de moments ou j’ai préféré me sauver (actes, paroles..) que sauver les vues de Dieu et demander au St Esprit la force du changement.

-Dans la Présence de Dieu, prendre le temps de regarder les situations et les repérer où je suis prête à une forme subtile de « prostitution » (la prostitution dans la Bible parle aussi de toutes les idoles qui nous détournent de Dieu)

-Quels sont les petits changements, les petits pas de foi que je peux entreprendre ?

Prière

Seigneur, merci pour ma sœur Rahab qui n’a pas craint au milieu du danger. Donne-moi la force d’accorder mes paroles et mes actes à ma foi. Eclaire mon intelligence, oriente ma volonté vers ta Lumière et ta Vérité. Et si je tombe en chemin, prends-moi par la main pour me relever, et, ensemble nous reprendrons le chemin.

Jour 2 : Se tenir sur la brèche !

Jos 2, 15 : « Alors, elle les fit descendre avec une corde par la fenêtre, car sa maison était sur le mur du rempart, elle habitait dans le rempart. »

La parole est toujours passionnante, enthousiasmante ! Imaginez, Rachab habitait précisément à l endroit même des murailles appelées à s’effondrer ! Réalisons de plus que sa maison, sur la muraille, était un poste de garde avancée. De chez elle, on voyait les entrées et les sorties ! C’était donc un lieu stratégique ! Elle aurait pu faire office de sentinelle, mais elle était une prostituée. Dieu va la faire passer d’une condition inferieur à une condition supérieure : collaboratrice du Père pour le Salut ! Ce genre de promotion est possible en Dieu et pour tous, quand nous lui obéissons. Il nous déplace, nous met à la place qu’il a de tout temps rêvée pour nous dans son amour. Le pape JPII à Lourdes le 15 aout 2004 nous disait :

“A vous, les femmes, il revient d’être sentinelles de l’Invisible !”

A sa manière Rachab était une sentinelle, certainement c’est aux portes de la ville qu’elle avait entendu parler des exploits de ce peuple conduit par Dieu (Jos 2,10) et ainsi prendre la bonne décision. Nous aussi sommes appelées à nous tenir sur le brèches du Royaume, nous informer de qui est Dieu par la lecture de la parole, la pratique des sacrements, mais aussi nous intéresser aux soucis de Dieu, nous lever dans l’intercession pour les besoins du Royaume.

-Combien de temps je consacre à la lecture et approfondissement de la Parole de Dieu chaque jour ?

Peut être prendre une résolution, en commençant par un évangile ou en m’inscrivant en ligne à un plan de lecture biblique ?

-Est-ce que je prends dans mes prières toutes les demandes de Dieu pour ses enfants, les non- croyants, les pauvres, les malades, mon pays, et toutes les intentions que Dieu peut me confier.

-Une idée : de façon un peu solennelle, faire un troc avec le Seigneur : « Seigneur je te donne toutes mes préoccupations, et je désire prier pour les tiennes ».

Prière

Seigneur, je t’offre mon cœur de femme pour porter tes enfants. Rends mon cœur sensible à tes intentions, je désire me lever comme sentinelle de l’invisible dans ce monde. Saint Esprit rend mon cœur sensible aux intérêts de Dieu, qu’ils deviennent plus grand pour moi que les miens, ainsi abandonnée, je sais que tu t’occuperas de tout pour sa Gloire.

Jour 3 : L’amour prend des risques

Comme nous le notions, Rachab veut dire » large, spacieux », on entend là toute la générosité de Rachab. Mais il suffit d’une petite lettre « rahab » pour traduire par « agir orgueilleusement, d’une façon arrogante ». Lorsque des tempêtes nous surprennent dans nos vies, il s’en faut de peu que nous versions dans le camp de Dieu ou dans celui du mal. C’est ainsi quand notre chair est bousculée, nous sommes alors forcées de nous positionner. Les épreuves font sortir les idoles cachées dans les replis de nos âmes, selon l’expression du pape François. Les épreuves révèlent notre nature profonde en vue de la transformer, de la conformer à l’évangile.

Rachab n’était pas croyante dans le Dieu d’Israël, mais à un moment, dans sa générosité, elle a pris des risques, au risque de sa propre mort. Il y a dans nos cœurs bien souvent une sorte d’ambivalence, et Dieu pourvoit dans les événements à ce que nous prenions les risques de l’Amour.

Jos 6, « 25 Et Josué laissa la vie à Rachab la courtisane, à la maison de son père et à tout ce qui lui appartenait, et elle a habité au milieu d’Israël jusqu’à ce jour, parce qu’elle avait caché les messagers que Josué avait envoyés pour reconnaître Jéricho ».

Rachab non seulement a la vie sauve, mais encore sa famille, et elles vécurent en paix tout le reste de leur jours. Dieu veut pour nous cette paix qui ne passe pas, un cœur réconcilié et nourri de la foi en Lui, de la confiance. Il y a des épreuves de feu au cours desquelles nous apprenons à nous lâcher d’une main pour saisir celle de Dieu, où comme Rachab, nous jouons à qui perd gagne.

-Puis je repérer et nommer les domaines de ma vie ou j’entretiens le compromis avec l’esprit du monde, du moi ?

-Puis je repérer en fonction de la première proposition, les peurs sous- jacentes : abandon, regard des autres….

-Dans un temps de prière, demander à Dieu quelle est la transformation évangélique dont mon âme a besoin.

Prière

Seigneur, tu connais toutes les tempêtes de ma vie et la façon dont je les aie traversées. Apprends moi dans les circonstances difficiles à me blottir tout contre ton cœur et à recevoir de toi les directions qui réjouissent ton Cœur. Que toutes mes épreuves soient des occasions de croissance dans la foi et la charité.