3 jours en compagnie d’Esther

En avant, pour cheminer 3 jours avec Esther. Esther, c’est toi, c’est moi, c’est au fond chaque femme d’une façon ou d’une autre. Certainement, Esther va vous parler, vous toucher et son histoire vous transformer. En tant que femme, nous ne nous approchons pas d’Esther impunément. Le livre d’Esther est un des vingt-quatre livres inclus dans le canon de la Bible hébraïque. Il fait l’objet d’une lecture publique le jour de la fête de Pourim et comprend dix chapitres. Cette fête commémore chez nos frères juifs la délivrance miraculeuse d’un grand massacre planifié contre Israël alors sous domination de l’Empire Perse (de l’Inde jusqu’au Nil).  Pour cette délivrance, il a plu à Dieu de passer par une femme ! Non pas, une super héroïne, mais une petite esclave juive et orpheline élevée par Mardochée, son oncle. Nous prendrons juste quelques aspects de cette histoire, pour le reste je vous invite à lire ce petit livre, tout un enseignement. Le Roi de Perse, Assuerus, organise un grand banquet au cours duquel, il convoque la Reine Vashti qui refuse de se présenter (Esther 1,12). Les conseillers du Roi sont inquiets de cette désobéissance, imaginez un peu que toutes les femmes du pays se révoltent ! Ils conseillent au Roi de répudier la Reine et de convoquer des jeunes filles du pays pour choisir une nouvelle reine.  Ce manque de soumission, cette désobéissance ouvre la porte à la révolte, à la division (cela vous parle ?) mais aussi à la manifestation de Dieu à travers le cœur d’une femme humble et obéissante à Dieu. Notez qu’il n’y a dans l’histoire d’Esther aucune fausse humilité, aucun misérabilisme, aucune soumission servile, mais tous les traits d’un grand amour pour Dieu et les fruits de cet amour que sont le salut, la restauration, la bénédiction. Esther s’appelait de son nom de jeune fille, Hadassa, « la myrte », plante que l’on retrouve régulièrement dans la Bible. Dans Zacharie, l’ange parle au prophète au milieu de la myrte. (Zach. I, 10, 13.). De par ses origines, Esther sait à quel peuple elle appartient et se tient dans la présence de Dieu. Bien sûr, vous le devinez déjà, Hadassa va être choisie par le Roi. Allez, approchons-nous de son cœur et écoutons ce qu’elle a à nous dire à l’intime de nos cœurs de femme.

Jour 1 De l’esclavage à la liberté des enfants de Dieu.

« Les pires souffrances de l’homme sont celles qu’il redoute, car le grand obstacle c’est toujours la représentation et non la réalité ». Etty Hillesum

Esther est donc orpheline. Aujourd’hui, nous dirions qu’elle souffrait de blessure d’abandon, elle consulterait pour échapper au vide abyssal du gouffre de l’abandon, ou peut être compenserait-elle son manque par une addiction moderne, un désordre quelconque, des problèmes relationnels…. Tant que nous sommes sur cette terre nous ne sommes pas complètement libres et nos vies sont souvent un sentier pour nous guider à la pleine liberté que seul offre l’Amour de Dieu, gratuit et immérité. Nous avons nous aussi le choix entre la révolte et l’acceptation consentie du réel de nos histoires, d’être une Vashti ou une Esther.  Qu’est-ce que la liberté ? Qu’est ce qui me rend libre ? N’est-ce pas croire sans aucune autre considération que Dieu m’aime, que je suis de Lui, à Lui, comme Esther ? Une foi de charbonnier qui éclaire l’âme ?  Dieu est Dieu, un point c’est tout ! – “Crois et tu comprendras ; la foi précède, l’intelligence suit” dit Saint Augustin. Dans l’histoire d’Esther, c’est sa foi qui va l’emmener de son statut d’esclave à celui de Reine. Quelle obéissance confiante ! Imaginez, elle est une jeune fille certainement pleine de rêves, de projets, et tout à coup, Dieu change ses plans, la voici obligée de vivre au harem du Roi, cet étranger oppresseur de son peuple. Nous aussi avions certainement des projets, une idée de nos vies. Que nous disions nous enfant ? Quand je serai grande, je…à vous de compléter. Parfois ces déceptions enfouies, ces regrets cachés au creux de l’âme, ligotent notre avenir, alors que l’acceptation, elle, nous libère. Mais, nous avons besoin d’un appui sûr, le Cœur du Père. Par sa soumission amoureuse au plan de Dieu, Hadassa passe d’un petit buisson de plante à une étoile (Esther) qui brille pour Dieu. Cette vocation royale de fille de Dieu est au sein de nos âmes féminines. Vashti est l’image de la femme indépendante de Dieu par qui va passer un vent de division, Esther, une femme blessée, dérangée dans le cours de sa vie, mais passage pour la manifestation de l’Amour et de la Victoire de Dieu sur le Mal.

« Mon passé, ô Seigneur, à ta Miséricorde, mon présent à ton Amour, mon avenir à ta Providence ».

 

Voici une invite à faire un petit bilan du passé pour mieux le dépasser.

Quels sont mes rêves enfouis, mes regrets ? Prendre le temps de ce cœur à cœur entre moi et  Dieu, et après ce petit bilan, lui abandonner plus radicalement ce passé.

Dieu n’a aucunement besoin de mes capacités, mais de ma disponibilité. Il y a-t-il encore dans mon cœur des pensées de mérite, d’obligation de résultat …pour être aimée de Dieu ?

Dans mon cœur, je cherche les points d’esclavage, les points d’orgueil qui me tiennent encore derrière des barreaux invisibles, je les nomme et comme au meilleur ami, en parle avec Jésus.

_____________________________________________________________________________

Jour 2 Se préparer pour le Royaume.

« Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l’Eternel. » Isaïe 55,8

Notre chère Esther est élue reine par le Roi. « Esther fut choisie parmi elles et conduite dans la maison du roi, sous l’autorité de Hégué, gardien des femmes. » (Esther 2,8). Au-delà des mœurs de l’époque, la Bible nous raconte l’histoire d’une femme du rang le plus inferieur, élevée au plus haut poste. L’économie de l’Amour de Dieu n’a rien à voir avec nos pensées toutes humaines. Mais avant, pour être présentée au Roi, Esther devra passer par un temps de préparation. « Chaque jeune fille devait se présenter à son tour au roi Assuérus, au terme d’une année, où elle avait accompli son temps réglementaire de préparation : pendant six mois, elle usait d’huile de myrrhe, et, pendant six mois, de baumes et de crèmes de beauté pour les femmes » Esther 2,12. Ainsi nos vies sont une préparation pour un jour, nous présenter devant le Roi des Rois. Nous ne prêchons plus guère la vie éternelle et pourtant nous sommes tous en route vers elle. Le jeune Bienheureux Carlo Acutis à 14 ans disait avec un beau sourire « Je suis destiné à mourir ». Les premiers bains d’Esther sont trempés de myrrhe. Vous souvenez vous ? La tradition nous présente la myrrhe dans les mains d’un Roi mage, mais aussi, la Bible nous informe que la myrrhe servait à embaumer les corps. Nicodème prit soin d’en amener avec de l’aloès pour embaumer le corps de Jésus. Nous pourrions résumer en disant que la myrrhe est l’huile du deuil, de tous ces deuils successifs qu’il nous faut traverser en une vie. La myrrhe est astringente, elle décape, nettoie, prépare à recevoir les crèmes nourrissantes pour le corps et par métaphore nourricières pour notre âme. Une fois prête Esther passe 6 mois dans les onguents, produits de beauté…Lorsque nous sommes éprouvées, contrariées par les évènements de nos vies, il est bon de les replacer dans la perspective de la vie éternelle, de méditer sur la place que Dieu nous prépare auprès de Lui. Ce monde est si « personnel » « individualiste » qu’il a tendance à nous replier sur nous-mêmes. Elargir notre horizon à celui de Dieu pour nous, nous aide à laisser la grâce nous préparer et à collaborer de toute notre volonté au plan de Dieu, au seul plan de Dieu : partager son Amour pour toujours avec nous. 

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3,16)

Voici une invite à lever les yeux

Jésus me veut pour toujours à ses côtés, je prends un moment pour contempler cette place auprès de Lui

Quel est mon regard sur la mort ? Un échec inéluctable ou une porte sur une joie infinie ? En parler avec Jésus lui demandant de changer dans mon cœur ce qui doit l’être à ce sujet

Il y a en général tout ce qu’il faut dans une vie pour être « décapée », mais quelles sont mes démarches pour recevoir les soins de beauté divins (sacrements, temps d’intimité avec le Seigneur…)

_____________________________________________________________________________

Jour 3 La victoire de l’obéissance

Alors qu’Esther est reine, Le Roi Assuerus élève un homme, Aman, au-dessus des chefs du pays. Aman est furieux contre Mardochée, l’oncle d’Esther, car celui-ci refuse de se prosterner devant lui. Il décide alors le Roi à publier une lettre qui condamne à mort le peuple juif. Mardochée sollicite Esther pour influencer le Roi et sauver le peuple. Esther n’avait pas révélé son origine au Roi, imaginez la peur qui l’envahit alors. Après une brève résistance, elle consent à visiter le Roi pour présenter sa requête : le salut du peuple juif…Ces paroles de son oncle remporte son oui : « Qui sait si ce n’est pas en vue d’une circonstance comme celle-ci que tu as accédé à la royauté ? » (Esther 4,14). Elle se prépare alors par le jeûne et la prière à se présenter auprès du Roi. Lisant l’histoire, vous comprendrez qu’elle risquait alors sa vie. (Esther 4, 15-17). Au chapitre 5, Esther recouvre ses plus beaux habits pour se présenter. Elle est belle et dans un état de faiblesse extrême dû à la peur et au jeûne. Le Roi, lui, est terrifiant de colère, quelle scène « ! » Il leva son visage rayonnant de gloire et, au comble de la colère, il la fixa. La reine s’effondra. Prise de faiblesse, elle changea de couleur et se pencha vers la tête de la servante qui la précédait. » (Esther 5, 10). Le Roi est séduit par sa beauté, par sa faiblesse, son humilité…retournement de situation : « Levant son sceptre d’or, il le posa sur le cou d’Esther, puis il l’embrassa en disant : « Parle-moi …Le roi lui demanda : « Qu’y a-t-il, reine Esther ? Quelle est ta requête ? Quand ce serait la moitié du royaume, cela te serait accordé. ». Esther a pris conscience que Dieu a un plan dans sa vie, qu’en Lui, tout prend sens si l’on adhère à Sa Volonté au-delà de nos craintes. Elle a su déposer toute son humanité faillible, fragile, en Dieu, dans une immense confiance. Mais Esther est aussi cette femme qui donne sa vie, qui prend les risques de l’Amour pour le bien de l’autre. Esther avait deux chemins devant elle : écouter les voix de sa chair (au sens paulinien) ou la voix de l’Esprit qui conduit toute chose à son but, et, elle s’est positionnée en faveur de Dieu, quelle femme !  

 

 « “Ni par la force ni par la puissance, mais par mon Esprit, dit l’Éternel des armées ».

Voici une invite à une confiance totale

Quel chemin dois-je encore parcourir pour m’appuyer sur Dieu et non sur mes forces ?

Ai-je foi que tout dans ma vie concourt à mon bien et à ne pas en douter ? (Rom 8,28)

Présenter les situations de ma vie au Seigneur dans lesquelles je ne vois pas encore les prémices d’une Victoire de son Amour et lui demander de transformer mon regard au souffle de l’Esprit.

La Prière d’Esther

« Ô Seigneur Dieu, mets sur mes lèvres un langage harmonieux quand je serai en présence de ce lion et change son cœur » :

17l- « Mon Seigneur, notre Roi, Tu es l’Unique ; viens me secourir, car je suis seule, je n’ai pas d’autre secours que Toi, et je vais risquer ma vie.

17m- Depuis ma naissance, j’entends dire, dans la tribu de mes pères, que Toi, Seigneur, Tu as choisi Israël parmi toutes les nations, et que parmi tous leurs ancêtres Tu as choisi nos pères, pour en faire à jamais Ton héritage ; Tu as fait pour eux tout ce que Tu avais promis.

17n- Et maintenant, nous avons péché contre Toi, Tu nous as livrés aux mains de nos ennemis, parce que nous avons honoré leurs dieux : Tu es juste, Seigneur.

17o- Et maintenant, notre dur esclavage ne leur suffit plus. Ils ont fait un pacte avec leurs idoles, pour abolir ce que Ta bouche a promis, faire disparaître Ton héritage, fermer la bouche de ceux qui Te célèbrent, éteindre la Gloire de Ta maison et les feux de Ton autel,

17p- pour que s’ouvre la bouche des nations, que soient célébrés les mérites des faux dieux et qu’à jamais soit magnifié un roi de chair.

17q- Ne livre pas Ton sceptre, Seigneur, à ceux qui n’existent pas. Que nos ennemis ne se moquent pas de notre chute ; retourne contre eux leurs projets. Du premier de nos adversaires, fais un exemple.

17r- Souviens-Toi, Seigneur ! Fais-Toi connaître au jour de notre détresse ; donne-moi du courage, Toi, le Roi des dieux, qui domines toute autorité.

17s- Mets sur mes lèvres un langage harmonieux quand je serai en présence de ce lion, et change son cœur : qu’il se mette à détester celui qui nous combat, qu’il le détruise avec tous ses partisans.

17t- Délivre-nous par Ta main, viens me secourir car je suis seule, et je n’ai que Toi, Seigneur.

17u- Tu connais tout et Tu sais que je hais la gloire des impies, que je n’ai que dégoût pour la couche des incirconcis et celle de tout étranger.

17w- Tu sais la contrainte où je suis, que j’ai du dégoût pour l’orgueilleux emblème qui est sur ma tête aux jours où je parais en public. Il m’inspire du dégoût comme un linge souillé, et je ne le porte pas les jours où je me repose.

17x- Ta servante n’a pas mangé à la table d’Amane, ni honoré les banquets du roi, ni bu le vin des libations.

17y- Ta servante n’a pas connu la joie depuis le jour de son élévation, si ce n’est auprès de Toi, Seigneur, Dieu d’Abraham.

17z- Ô Dieu, qui as pouvoir sur tous, écoute la voix des désespérés, délivre-nous de la main des méchants, et délivre-moi de ma peur ! ».

Prière d’Esther Livre d’Esther, chapitre 4, versets 17L à 17Z (Esther 4, 17l-17z)