Besoin d'une révélation

Besoin d’une révélation ?

Ah ! ce mot ! Presque magique ! Ce mot qui en fait courir tant et tant et partout, parfois en toutes directions, simplement parce que nos âmes cherchent Celui qui nous cherche cependant encore bien davantage. Ce besoin peut nous égarer ou nous amener à la source capable de nous désaltérer. 

L’Église est claire quant aux révélations privées : « La foi chrétienne ne peut pas accepter des ” révélations ” qui prétendent dépasser ou corriger la Révélation dont le Christ est l’achèvement. C’est le cas de certaines religions non chrétiennes et aussi de certaines sectes récentes qui se fondent sur de telles révélations ». (CEC 67). 

Nous assistons attristés au délabrement de la communion dans nombre de groupes, d’amis, de prière, paroissiaux, sur le fait de l’allégeance à ces révélations privées. Mais au fond, que cela dit de nous ? D’une certaine manière, n’avons-nous peut-être pas encore entendu que nous avons tout ! tout ! tout ! Que voulons-nous de plus ? Pourrions-nous dire à Jésus, au pied de la Croix, entourés de Jean, des femmes : « Écoute Jésus, tu vois tout ce qu’on écrit les pères, les prophètes et l’Évangile, en bref, Ta Parole ne nous suffit pas, nous voulons plus ».

Dans la Parabole du pauvre Lazare et de l’homme riche, la Parole fait dire à Abraham : « S’ils n’écoutent pas Moise et les prophètes, ils ne seraient pas persuadés non plus si quelqu’un ressuscitait d’entre les morts. » Il est venu, Il est Ressuscité ! Amen ou pas Amen ?

C’est tellement légitime de vouloir plus, mais plus de Sa Présence, plus de Lui dans nos cœurs… N’y aurait-il pas, au cœur de ce détournement d’attention à la Parole, une stratégie d’évitement d’un véritable travail de transformation personnelle ? Puisque nous avons tout pour notre sanctification ? ! La vie chrétienne est exigeante, elle accompagne notre transfiguration, c’est-à-dire la traversée de notre humanité jusqu’à Lui. Il n’y a pas de baguette magique ! Le renoncement à nos égoïsmes, à notre orgueil, aux façons entêtées de voir de notre moi, frise parfois l’insupportable et nous amène peu à peu à tout abandonner dans les mains de Celui qui porte tout, qui a tout porté de mon humanité blessée (excepté le péché). Il est le chemin ! La lumière à lui dans les ténèbres ! C’est fait, c’est accompli ! Mais l’inaccompli en nous préfère parfois s’évader dans la sécurité d’un « prêt à croire ».  

Lorsque Moise s’approcha du Buisson ardent, remarquant que quelque chose d’inhabituel se passait, il aurait pu juste dire « Tiens, c’est inhabituel » et continuer son chemin. Mais non, il s’approcha ! Et la Parole précise que Dieu vit qu’il s’approchait. Wouhaou ! Ce mouvement amènera Moise à une révélation. Désormais, ce buisson ardent est en nous ! Approchons-nous de Lui pour une véritable révélation très privée et cachée au fond de nos cœurs. Seul l’Amour ne passera pas, et cet Amour, c’est Lui !

MÉDITATION / QUESTION

  • Que veut dire pour moi l’intimité avec Jésus, avec la Parole ?
  • Ai-je l’habitude de lire la Parole lorsqu’une question importante se pose à mon cœur ? 
  • Quels sont les manques que je ressens dans ma vie spirituelle et quels moyens je prends pour y répondre ? 

Prendre un temps de prière pour confier tout cela à Jésus.

PRIÈRE

Jésus, conduis-moi dans les lieux de la Révélation dont j’ai besoin (préciser le besoin : plus de foi en son Amour, plus d’espérance, plus de compréhension de la Parole, plus de confiance…). Saint-Esprit, conduis-moi jusqu’au Cœur de jésus et sur ce chemin, préserve- moi de tout danger, de toute illusion. Père, tu m’as offert Jésus, le Verbe fait chair pour mon Salut, ouvre mes yeux à la Révélation de cet Amour, afin que, rassasiée en tout mes besoins, je puisse, à mon tour, montrer Son visage à tous ceux qui ne le connaissent pas.