C’est le temps de l’Amour !

Mais que nous arrive t-il ? Qu’arrive t-il à notre Église ? Combien se sentent perdues en ces temps, bouleversées, déboussolées !  Il y avait donc dans notre maison des caves et des sous caves insoupçonnées et voici que la Vérité germe de ses profondeurs, Dieu lave son Église ! Nous pleurons le mal commis et le mal subi, et nous  nous réjouissons à la fois de la Pentecôte d’Amour qui suit inévitablement la purification,  c’est bien inconfortable ! Nous nous réjouissons de ce feu qui brule les scories de notre maison, Dieu embellit son Église et ça fait mal ! Nous voici tous à nouveau mis face à l’Évangile : « voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde » ! Car cela est bien la raison de Sa venue !!! Il faut qu’Il ôte, qu’il émonde pour quelle brille, notre maison,  dans la nuit du monde, sinon, qui la verra sous le boisseau?

«  Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance, celle de votre vocation » Eph 4,4

C’est le temps de l’Amour et de l’Espérance contre toute désespérance, c’est le temps de la Vérité pour chacun de nos cœurs ! Où et en qui avions nous mis notre espérance ? Nous voici confinées à nous confronter à la Parole même, à la radicalité de l’Évangile ! Oui, car nous sommes l’Église et l’appel retentit pour chacun de nos cœurs comme une invitation à déposer nos lambeaux de pharisianisme et à nous laisser épurer par ce feu, comme l’or au creuset, qu’il soit dit que nous sommes chrétiens en tout notre ADN !  L’appel évangélique des Béatitudes fouette nos âmes. C’est le chemin de toute notre vie, mais parfois le Seigneur semble mettre des coups d’accélérateurs dans l’histoire!

Dans ce mouvement nous aussi, en communion avec toute l’Église, nous pouvons collaborer à la guérison, « Si mon peuple, sur lequel mon nom est invoqué, s’humilie, s’ils prient, s’ils cherchent ma face et s’ils se détournent de leurs mauvaises voies, je les exaucerai des cieux, je leur pardonnerai leur péché et je guérirai leur pays. »(Chr 2,7-14). Alors en ce carême, présentons notre repentance au Seigneur pour tout le corps, car quand un membre souffre….

Levons-nous dans nos cœurs de femmes pour encourager ceux qui flanchent, épauler ceux qui peinent, consoler ceux qui pleurent,  recentrer sur l’Amour qui ne passera pas, soyons femmes de foi et d’espérance, plus que jamais convaincue que tout est dans la main de Dieu !