Les amis de l’époux

Dernièrement, au cours d’une étude, je lisais le rôle de l’ami de l’époux dans le judaïsme. Lors d’un mariage, une fois les affaires réglées, on se mettait en quête d’un ami de l’époux. Son rôle, considéré comme indispensable, était d’aller chercher l’épouse dans sa maison et de l’amener dans la maison de l’époux. Il devait être un ami sûr, une personne dont on était certain qu’elle ne ferait pas de mal à l’épouse ! Dans les évangiles, Jean-Baptiste est cet ami sûr, il œuvre à préparer la noce du Christ et de l’humanité : « Je ne suis pas le Christ, mais je suis envoyé devant lui. Qui a l’épouse est l’époux ; mais l’ami de l’époux qui se tient là et qui l’entend, est ravi de joie à la voix de l’époux. Telle est ma joie, et elle est complète. Il faut que lui grandisse et que moi, je décroisse. » (Jn 3, 28-30).

Cette question est pour nous : suis-je une amie de l’époux ?  Mon cœur est-il ouvert à partager le souci des Noces de l’Agneau ? Après le baptême de Jésus et la tentation au désert, commencent les premiers pas de cette Noce à Cana. Mais il y avait là une femme, appelée « Femme » par Jésus, pour remarquer le manque, le manque de vin, le manque de salut.  Suis-je cette femme prompte à rendre mon cœur sensible au manque, à la soif spirituelle de ce monde ? Marie, ici, est vraiment femme sacerdotale, en ce sens qu’elle travaille à la mise en relation de Dieu et de l’humanité, aux Noces de l’Agneau.

Le Christ, grand prêtre et unique médiateur, a fait de l’Église « un Royaume de prêtres pour son Dieu et Père » (Catéchisme de l’Église catholique, 1546)

Les amis de l’époux « post Résurrection », ces amis sûrs, sont désormais chargés de publier la Bonne Nouvelle sur la terre et d’intercéder en Jésus, grand intercesseur auprès du Père. Deux directions qui avancent ensemble, deux missions, la première dans les lieux visibles, terrestres, et la deuxième dans les lieux invisibles du combat spirituel pour reconquérir par l’intercession les territoires perdus : « Allez, prêchez, et dites : Le royaume des cieux est proche. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. » (Math 10 7 8). On peut entendre en écho l’envoi du Père dans la Genèse : « Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez ; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. » Cette bénédiction libère la fécondité et l’autorité, en un mot une gouvernance ! Dans cette nouvelle alliance, il y a pour tout baptisé, pour tout ami de l’époux, un nouvel envoi sur la terre. Il se peut que nous pensions, plus ou moins consciemment, que ce mandat et cette autorité soient essentiellement celui des prêtres et consacrés, mais désormais, nous sommes un Royaume de prêtres appelés à exercer autorité et gouvernance du et pour le Royaume de Dieu. Pierre s’adresse à nous tous baptisés : « 1 Pi 2 9 » Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière ».  Nous désirons tant être de ces femmes debout qui déclarent à l’époux : « Tu peux compter sur moi pour œuvrer avec Toi et en Toi, à ramener l’épouse dans ta maison ». Car il en est ainsi, Dieu a voulu avoir besoin de chacun d’entre nous, tu es importante pour le Royaume ! Yala ! annonce et intercède en faveur de tous, que personne ne manque à la Noce !  Belle montée vers le Roi des rois !

 « Tous ceux, en effet, qui ont été régénérés dans le Christ, le signe de la croix en fait des rois, et l’onction de l’Esprit Saint les consacre prêtres » St Ambroise

——————————————————————————————————————————-

MEDITATION

-Est-ce que je me sens responsable de l’annonce de la Bonne Nouvelle ?

-Suis-je consommateur ou acteur dans mon église ? Dans quel domaine pourrais-je m’investir ?

-Y a-t-il dans mon cœur des croyances sur moi, l’Église, qui me maintiennent dans une inaction missionnaire ?

-Dieu a besoin de chacun d’entre nous, nous sommes un corps uni au Corps du Christ, un peuple de prêtre, prophètes et rois. Que ce soit par ma prière ou mes engagements, j’ai une partition à jouer sur la terre pour que tous puissent un jour participer aux Noces de l’Agneau. Qu’est-ce que cela m’inspire ?

Je peux prendre un temps d’intimité avec le Saint-Esprit, lui demander de m’inspirer et de me révéler ce qui m’empêche de prendre pleinement ma place dans la mission, débordement au quotidien de ma place d’enfant de Dieu.

 

PRIÈRE

 Seigneur, tu m’as consacrée par mon baptême comme prêtre, prophète et roi. Aide-moi à devenir une amie de l’époux sur qui Il peut compter, comme ces femmes de l’évangile, fidèles jusqu’à la dernière heure et premières à la nouvelle heure de la Résurrection. Tu m’as confié les dons pour œuvrer aux Noces de l’Agneau avec l’humanité, pour vivre et annoncer ta Miséricorde, pour proclamer la Bonne Nouvelle et régner, recouverte de l’armure de Dieu, sur tout ce qui t’est contraire. Viens me fortifier et incliner mon cœur au zèle de ta maison : « L’amour de ta maison fera mon tourment. » (Jn 2, 17). Avec les bergers, je dépose à tes pieds d’enfant Dieu mon cœur et tout ce qui l’habite, afin que tu fasses de moi une humanité de surcroit, renouvelée par la grâce et prompt à t’aimer et à te faire aimer.